LA COTE D’IVOIRE A L’EPREUVE DU FEU

Publié le par africapeace

 

images--3-.jpg

 

L’auteur de la contribution ci-dessous croit savoir pourquoi, malgré qu’il soit venu de Dieu, le pouvoir Gbagbo est tombé. Tout en fondant sa réflexion sur ce passage biblique : « La pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la principale de l’angle. C'est de l'Eternel que cela est venu: C'est un prodige à nos yeux. » (Psaume 118 : 22 – 23), Alain Nono espère aussi rassurer les Ivoiriens qui continuent de croire que la résolution de cette crise ne peut que venir de Dieu.

 

JESUS-CHRIST DE NAZARETH EST VIVANT ! IL EST LA PIERRE ANGULAIRE DE L’EGLISE ET RIEN NE PEUT SE FAIRE EN DEHORS DE SA VOLONTE.

 

Je voudrai m’adresser à tous les chrétiens du monde qui ont suivi la crise ivoirienne avec beaucoup d’attention. Ils ont vécu « l’humiliation » de l’Eglise qui s’est officiellement engagé dans un combat  politique. Ceci est assez nouveau dans le monde car les responsables religieux jusqu’alors n’avaient jamais voulu s’impliquer dans le cercle des enjeux politiques qui pourtant président à la destinée des nations.

 

Aujourd’hui, beaucoup de leaders religieux regrettent cet engagement et prônent la neutralité de l’Eglise dans les affaires des nations. Cet argument est discutable, vu comment certains pays notamment ont des régimes typiquement religieux. A titre d’exemple, pourquoi certains régimes officiellement islamiques seraient acceptés dans le concert des nations et pas certains pays officiellement chrétiens? La Laïcité est-elle un concept intimement lié à la démocratie ou les deux peuvent être entièrement dissociés ? Si le choix du peuple est d’avoir un régime religieux (islamique ou chrétien), il nous semble obéir aux fondamentaux de la notion de démocratie. A moins que ce terme « laïcité » ne soit qu’un écran de fumée pour permettre à des forces spirituelles occultes d’imposer leurs valeurs morales dégradantes et puissances mystiques  derrière le paravent de la laïcité. Il faut d’ailleurs noter que dans les pays à régime islamique par exemple, on peut noter une échelle des valeurs morales et sociales beaucoup plus élevée que dans les pays dits laïques.

 Je voudrai ici apporter tout mon soutien et encouragement à ceux qui ont persévéré dans la foi au-delà  de la terrible épopée ivoirienne, et leur rappeler quelques principes divins :

 

Dieu n’est jamais en contradiction avec sa parole. Ce qu’Il permet ou ce qu’Il projette est toujours en parfaite cohérence avec la Bible.

 Le jugement de Dieu sur les nations commence d’abord par sa propre maison, c'est-à-dire l’Eglise.

 

Les principes et lois bibliques transcendent le temps et les générations et restent toujours vrais quels que soient le temps et les circonstances. Imparfaites dans l’ancien testament, elles trouvent la plénitude de leur accomplissement dans le nouveau testament, car Jésus-Christ est venu accomplir la loi (Mathieu 5:17)

 Tandis que les hommes sont entraînés en permanence par la ligne du temps, le Dieu Eternel et Tout-puissant est hors du temps. Sa vision des événements est instantanée et intemporelle tandis que celle des hommes est limitée par le mouvement continu du temps et est embrumée par le nuage des circonstances. Ainsi devant Dieu, un jour est comme mille ans. Il est maître du temps et des circonstances.

 

Je voudrai ainsi sur base de ces quatre principes encourager tous les chrétiens de Côte d’Ivoire et du monde sur ce qu’ils ont connus ces 8 derniers mois avec la crise post électorale ivoirienne en proposant des tentatives de réponses à quelques questions que chacun doit se poser.

 

Le pouvoir du président Gbagbo venait-il réellement de Dieu?

 La Bible nous enseigne que toute autorité établie vient de Dieu ; c’est pourquoi nous devons être soumis aux autorités. Ce pouvoir du président Gbagbo venait certainement de Dieu, car cela est conforme à la parole de Dieu. Il n’a pas été porté au pouvoir en opposition aux lois et règlements du pays.

 

Pourquoi le pouvoir du président Gbagbo est tombé en Côte d’Ivoire s’il venait de Dieu?

 Rappelons que la Bible peut nous servir de référence pour analyser la révélation reçue sur les événements de Côte d’Ivoire. Les principes Bibliques ont toujours été les mêmes pour la plupart des grands leaders :

 

Formation au désert - Echec - Repentance - Restauration

 

Moïse est un cas d’école spirituelle. Après avoir connu la gloire des palais de Pharaon, il a préféré l’exil et la formation pendant 40 ans dans le désert avant d’être rétabli comme chef du peuple Hébreux en terre égyptienne et lors de l’exode. Un parcours similaire peut être constaté avec des leaders bibliques comme Joseph et David ayant exercé des fonctions d’autorité élevée (respectivement premier ministre et Roi). Rappelons que Joseph est un type intéressant de Jésus-Christ qui est lui-même passé par le même processus (jeûne de 40 jours dans le désert avant d’être revêtu de la puissance de l’Esprit et commencer son ministère). Le même schéma a été vu avec des autorités païennes comme Nebucadnetsar roi de Babylone, que Dieu appelle « son serviteur » car Il utilise qui il veut (Jérémie 27 :6). Un exemple récent est celui du président béninois Matthieu Kérékou qui, après avoir été déchu du pouvoir présidentiel alors qu’il exercait l’occultisme, a connu le désert et est redevenu président comme enfant de Dieu. Dans le cas du président Gbagbo, il y’a fort à parier que Dieu a décidé de lui faire passer par ce désert pour des raisons qui lui sont propres. Mais face aux différentes révélations prophétiques sur la Côte d’Ivoire, l’espérance forte de son retour au pouvoir ou de celui d’un enfant de Dieu n’est certainement pas exclue, si Dieu a décidé de glorifier son nom de cette façon.

 « Nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes.» (Ephésiens 6, 12)

 

Une chose est certaine : à la vue de la façon dont l’Eglise a mené le combat spirituel, la victoire sur les forces françaises n’aurait pas forcément glorifié le nom du Seigneur. L’Eglise a-t-elle retenu le passage ci-dessus ? Beaucoup d’émotion, de colère charnelle, de vengeance et d’amertume ont habité le cœur des chrétiens pendant les bombardements français. D’un autre côté, l’évangile de prospérité et du pouvoir est un cancer spirituel que le Seigneur a certainement décider de nettoyer dans son Eglise de Côte d’ivoire qu’il a choisi pour piloter le réveil mondial en ces temps de la fin. Cela devrait passer par la repentance qui est facilitée par l’épreuve.

 C’est peut-être ce caractère charnel de l’Eglise ivoirienne qui a amené beaucoup de « chrétiens » ivoiriens à brûler leurs bibles ou renier le nom du Seigneur après la défaite, ou encore considérer que les prophètes ont eu tord d’annoncer des choses préjudiciables à l’Eglise. Rappelons qu’un véritable prophète parle de la part de Dieu et non selon sa propre volonté. Et dans ce cas, il ne peut faire autrement que d’annoncer que ce que Dieu lui aura dit d’annoncer, peu importe si cela plaît aux hommes ou pas.

 

L’Eglise de Cote d’ivoire devait être purifiée par l’épreuve du feu au vu de la mission qui lui est confiée. « Vous qui, par la puissance de Dieu, êtes gardés par la foi pour le salut prêt à être révélé dans les derniers temps! C'est là ce qui fait votre joie, quoique maintenant, puisqu'il le faut, vous soyez attristés pour un peu de temps par diverses épreuves, afin que l'épreuve de votre foi, plus précieuse que l'or périssable qui cependant est éprouvé par le feu, ait pour résultat la louange, la gloire et l'honneur, lorsque Jésus-Christ apparaîtra » ( 1 Pierre 1 : 5-7)

 

Le président Gbagbo ou son régime pourrait-il revenir au pouvoir dans un avenir proche ?

 Une amorce de réponse à cette question a été faite ci-dessus. Toutefois, l’exemple ci-dessus de Nebucadnetsar montre que Dieu peut donner l’autorité sur son peuple à un païen pour des raisons qui lui sont propres, entre autres la purification par le feu de son peuple. « Maintenant je livre tous ces pays entre les mains de Nebucadnetsar, roi de Babylone, mon serviteur; je lui donne aussi les animaux des champs, pour qu'ils lui soient assujettis (…) J'ai dit entièrement les mêmes choses à Sédécias, roi de Juda: Pliez votre cou sous le joug du roi de Babylone, soumettez-vous à lui et à son peuple, et vous vivrez. Pourquoi mourriez-vous, toi et ton peuple, par l'épée, par la famine et par la peste, comme l'Eternel l'a prononcé sur la nation qui ne se soumettra pas au roi de Babylone?» (Jérémie 25 : 6, 12-13) Suite aux différentes révélations prophétiques reçues des serviteurs de Dieu, il apparaît que cette épreuve du feu n’est pas encore terminée en Côte d’ivoire et le plus dur est peut-être devant nous. Toutefois, rappelons que l’enlèvement de l’Eglise est imminent ; nous pensons que le réveil mondial précédant cet enlèvement pourrait bien partir de Côte d’ivoire, embraser l’Afrique et le reste du monde pour que le Seigneur dans son amour infini, puisse enlever un maximum de chrétiens rassemblé dans une« Eglise glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible » (Ephesiens 5, 27). Et n’oublions pas que dans l’histoire biblique tout comme dans l’histoire romaine sous Néron, l’Eglise n’a jamais été aussi puissante que lorsqu’elle est persécutée. Car à ce moment, ce n’est plus la chair et le sang qui combattent, mais le Seigneur Jésus-Christ lui-même. Quelques exemples bibliques :

 

Beaucoup de miracles et de prodiges se faisaient au milieu du peuple par les mains des apôtres (…) Mais un ange du Seigneur, ayant ouvert pendant la nuit les portes de la prison, les fit sortir (…) Les apôtres se retirèrent de devant le sanhédrin, joyeux d'avoir été jugés dignes de subir des outrages pour le nom de Jésus.  (Actes 5 :  12,41)

Mais Etienne, rempli du Saint-Esprit (…) dit: Voici, je vois les cieux ouverts, et le Fils de l'homme debout à la droite de Dieu.  Ils poussèrent alors de grands cris, en se bouchant les oreilles, et ils se précipitèrent tous ensemble sur lui, le traînèrent hors de la ville, et le lapidèrent. (Actes 5 : 55-58)

 

Si l’Eglise laisse Jésus Christ défendre ses intérêts au lieu de lutter dans la chair, elle opère alors à une autre dimension où Jésus-Christ lui-même peut se lever de son trône céleste pour intercéder. Les ennemis de l’Eglise courent alors le risque de combattre Dieu lui-même. L’Eglise elle peut se concentrer à annoncer la parole de Dieu s’édifier dans la sanctification et prier pour ses ennemis quelles que soient les oppositions.

 Nous prions que la refondation de la Côte d’ivoire initiée par le régime du président Gbagbo puisse se redéfinir uniquement et entièrement sur la personne et les enseignements de Jésus-Christ. « Car personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, savoir Jésus-Christ. Or, si quelqu'un bâtit sur ce fondement avec de l'or, de l'argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, du chaume,  l'œuvre de chacun sera manifestée; car le jour la fera connaître, parce qu'elle se révèlera dans le feu, et le feu éprouvera ce qu'est l'œuvre de chacun. » (1 Corinthiens 3 : 11 – 13)

 

Si cette refondation est maintenant basée uniquement sur la parole de Dieu ci-dessus, elle passera certainement avec gloire l’Epreuve du feu. Et ceux qui soutiennent cette refondation verront alors le jugement de Dieu qui, après être passé par l’Eglise, s’abattra inéluctablement sur le monde à l’instar de l’ange de la mort en Egypte qui épargna les maisons des hébreux dont les linteaux étaient marqués par le sang de l’agneau. Ce sang symbolise pour les chrétiens et pour les ivoiriens le sang de Jésus qui apporte la sanctification, la protection dans le mauvais jour et provoque en même temps la compassion dans les cœurs régénérés pour les âmes perdues.

 

Quels enseignements tirer de l’histoire ivoirienne ?

 Bien que l’histoire ne soit pas encore terminée, nous pouvons déjà retenir ceci :

 La plupart des prophéties sont dites avec une part d’influence humaine qui est la notion du temps. Dieu ne dit-il pas dans sa parole : « Car c'est une prophétie dont le temps est déjà fixé, Elle marche vers son terme, et elle ne mentira pas; Si elle tarde, attends-la, Car elle s'accomplira, elle s'accomplira certainement. » (Habacuc 2 :3). Les serviteurs de Dieu ont parfois tendance à fixer une limite du temps à la parole révélée de Dieu (à moins que celle-ci ne soit explicite comme par exemple l’annonce de l’Ange Gabriel à Marie ou de l’Ange du Seigneur à Sarah sur le jour ou la période de l’intervention divine). Dieu étant le maître du temps et des circonstances, il peut modifier dans sa prescience le temps et la forme de l’accomplissement prophétique en fonction de la réaction des hommes et en particulier de son Eglise. Ceci est le cas par exemple quant une prophétie de jugement provoque la repentance dans le cœur des concernés (ex : Prophétie de Jonas au peuple de Ninive).

 

Dans le cas de la Côte d’ivoire, il nous semble qu’à moins d’une repentance spirituelle profonde du nouveau régime ivoirien, la parole d’Habacuc citée ci-dessus fera foi. L’Eglise est-elle prête pour le temps de son accomplissement ?

 

CORRESPONDANCE : ALAIN NONO

 

Publié dans Analyse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article