COTE D'IVOIRE : BIENTÔT UN AN DE PLUS

Publié le par africapeace

images (4)-copie-1

Quelle indépendance pour un pays déchiré, pour où pays où bien de ses fils intellectuels sont emprisonnés parce qu’ils  ont préféré suivre une autre idéologie que celle à eux proposée. Quelle indépendance, quand chaque jour des villages sont à la merci de ceux qui ont pris le pouvoir grâce à la France et l’ONU.

Après cinquante ans de colonisation de la France sur la Côte d’Ivoire, quel avenir pour un pays qui peut à lui seul, grâce à ses ressources économiques, ses matières premières et de son sous-sol, donner à sa population un beau cadre de vie.

Chaque ivoirien où il se trouvait rêvait d’un pays libre, un pays indépendant tant économiquement et politiquement. Mais le rêve a été brisé, gâché par la faute de la France et de l’ONU. 50 ans représentent l’année du jubilé, l’année de la liberté et de la délivrance. Si l’esclave ne désire pas être libre, son propriétaire lui perce les oreilles en signe de droit sur ce dernier. Mais s’il désire sa liberté, son maître a le devoir de lui donner sa liberté (selon la loi juive).

Fort est de constater que 50 après, malgré le cri du peuple ivoire à la place mythique de  la république pour réclamer sa liberté ; la France n’en a guère fait aucun cas. A 50 ans la Côte d’Ivoire a été matée, humiliée, endeuillée ; son maître n’a pas respecté la loi universelle prônée par Dieu lui-même.

Bientôt 1 an de plus pour la Côte d’Ivoire, après le secours demandé à Dieu par les ivoiriens à la place de la République un samedi 26 Mars, que nous reste-il encore à espérer ?

Quelle indépendance pour la Côte d’Ivoire, quand bientôt plus de 1500 ouvriers de la SOTRA seront mis en chômage technique, sans oublié les nombreux de fonctionnaires qui jusqu’au jour d’aujourd’hui n’ont pas encore perçu leur salaire.

Quelle indépendance, quand nous sommes toujours sous la dépendance de la France, où nos fonctionnaires sont pays par cette même France.

Quelle indépendance pour la Côte d’Ivoire, Notre belle patrie !

Publié dans politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article