COTE D'IVOIRE: Des populations d’Abobo menacent le pouvoir Ouattara

Publié le par africapeace

images--9-.jpg

Les populations de derrière pont, Pk18 dans la commune d’Abobo en veulent terriblement au nouveau régime prétextant qu’il lui rend davantage une vie dure. 

Selon des indiscrétions, ces populations regretteraient pour l’heure, l’ère Gbagbo. «Nous regrettons d’avoir voter le Rhdp et son candidat. Malgré notre soutien nous avons l’impression que nous sommes les personnes à abattre par le nouveau régime. Il nous empêche de vaquer librement à nos occupations,» a indiqué Yao, habitant de PK18 expliquant les raisons de son revirement et de bien d’autres habitants de ce quartier. Aujourd’hui, la plupart des habitants de PK18 tout comme lui, préfèreraient l’ère Gbagbo que celui de Ouattara. «On nous prive des acquis que nous avions sous l’ère Gbagbo.

Nos étales sont détruits sous prétexte que nous sommes installés de façon anarchique. Qu’allons-nous faire si nous ne pouvons pas librement exercer nos activités commerciales? Si cette situation perdure, nous allons précipiter le départ de l’actuel président, pour réinstaller Laurent Gbagbo. Puis que nous avons l’impression que ce gouvernement n’est pas venu pour nous sortir de la misère,» a dénoncé un habitant de derrière pont, affirmant toute fois que les populations de ce quartier sont déçues de l’actuel régime. «Nous savons désormais à qui nous avons à faire. Nous avons en face des hommes qui ne pensent qu’à leur intérêts et oublient la masse. Nous sommes vraiment déçu,» a indiqué notre interlocuteur gardant l’anonymat. 

Les populations de "derrière pont" et celles de PK18 qui seraient gagnées par le découragement sont nombreuses. Elles auraient même projeté d’organiser une marche de protestation dans la commune d’Abobo pour exprimer leur mécontentement. «Nous devions marcher dans la commune la semaine dernière. La marche a été annulée à la dernière minute par des personnes dont nous allons taire les noms,» a insisté Issouf à derrière pont précisant, en revanche que tôt ou tard, les populations des deux quartiers se soulèveront contre le nouveau régime. La situation qui prévaut en ce moment dans ces deux quartiers est diversement interprétée. « Nous avons appris que des femmes voulaient marcher vendredi dernier pour dénoncer la cherté de la vie. Ces personnes sont toutes des manipulées qui ne savent pas ce qu’elles veulent,» a expliqué un jeune se réclamant proche du Rhdp. Son avis n’est partagé par Yves qui soutient que cette situation est née de l’incapacité des nouvelles autorités à gérer le pays. «Elles pensaient que c’est dans la bouche qu’elles devaient gérer ce pays. Maintenant qu’elles sont au pied du mur, voilà que leurs militants se retournent contre elles. C’est désolant tout ça,» a-t-il indiqué. 

 Source : KOACI ABIDJAN

Publié dans société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article